C’est la dangereuse équation à laquelle sont confrontés aujourd’hui les médecins cardiologues libéraux qui lancent un cri d’alarme vers les patients présentant des symptômes cardiaques suspects.
Le Syndicat National des Cardiologues constate, en particulier pour les infarctus du Myocarde, un nombre moins important de cas sans savoir si cela est dû au confinement ou à la peur de contracter l’infection au COVID-19.

C’est plutôt la deuxième hypothèse qui retient l’attention des cardiologues libéraux, car on ne peut imaginer que les maladies cardiaques aient disparues grâce au coronavirus.
Bien au contraire, le stress lié au confinement, le manque d’activité physique, des écarts de régimes ou l’arrêt des médicaments sont des sources de recrudescence des maladies cardiaques.

Depuis le début de la crise, l’ensemble de la cardiologie Française a pris toutes les précautions pour que les patients nécessitant des soins ne soient pas en contact avec le coronavirus.

Patients coronariens, insuffisants cardiaques, diabétiques, hypertendus ou souffrant d’autres cardiopathies, vous trouverez toujours un cardiologue libéral pour vous conseiller, vous traiter et vous accompagner tout au long de cette crise sanitaire exceptionnelle.

On peut mourir, sans être atteint du COVID-19, si on oublie son état antérieur et que l’on néglige des signes d’alerte. Signes qui, aujourd’hui comme hier, doivent motiver une consultation par télémédecine, si possible, sinon au cabinet médical ou en établissement de soins.
Les cardiologues interpellent les journalistes pour qu’ils se fassent les relais auprès de l’opinion publique afin de ne pas rajouter de la crise à la crise.

Dr Marc Villaceque
Président du Syndicat National des Cardiologues
06.82.43.36.83

SOMMAIRE


2020


2019


2017


2016


2015