Notre pays a traversé et traverse encore une crise sanitaire sans précédent.

Confrontés à cette pandémie COVID-19, les professionnels de santé ont dû réagir et s’adapter à cette situation de crise. Mobilisée et saluée chaque jour, cette communauté de professionnels a su répondre à ce défi sanitaire en prenant en charge les patients COVID-19 tout en veillant à ce que les patients souffrant de pathologies chroniques ou aiguës, le soient également dans les meilleures conditions.

La spécialité cardiovasculaire, les différentes communautés médicales et les Conseils Nationaux Professionnels sont restés solidaires tout au long de cette crise et ont eu à mener une nécessaire réflexion sur la manière d’élaborer des réponses adaptées à cette situation sans précédent.

Un premier enseignement souligne la nécessité impérieuse de valoriser les professions paramédicales. Cette valorisation doit être financière et professionnelle.

La réflexion initiée au cours de ce Ségur de la santé 2020 a pour but de favoriser et de développer les complémentarités entre les paramédicaux et les médicaux impliqués dans les pathologies cardiovasculaires. De nombreux exemples attestent déjà la possibilité de déléguer des compétences au travers d’une formation et d’un accompagnement dédiés.

Le deuxième enseignement à tirer de la gestion de cette crise sanitaire, concerne le parcours du patient au sein des structures de soins libérales et hospitalières. L’objectif est d’optimiser la prise en charge ambulatoire et la participation active à la gestion des situations aiguës, et donc l’orientation lorsque cela est nécessaire des patients vers des structures hospitalières dédiées. Prévention, éducation, coordination et formation sont la clé pour relever ce défi.

En réalité, cette crise sanitaire ne fait que renforcer la nécessaire optimisation de notre système de soins pour améliorer la prise en charge et l’accès aux soins des patients. Concernant les pathologies cardiovasculaires, première ou deuxième cause de mortalité selon le genre, il est indispensable de veiller à la nécessaire évolution des métiers de soignants, au travers de la définition de complémentarité et de délégation de tâches, ainsi qu’à l’optimisation du parcours du patient en fonction de la pathologie cardiovasculaire.

Pour envisager la médecine de demain au service du patient, le CNP cardiovasculaire préconise de sortir des postures professionnelles et de valoriser le rôle de chaque professionnel de santé dans le système de soins.

La communauté cardiologique, sous ses différentes instances, sera force de proposition, de réflexion et de soutien afin de faire évoluer notre système de santé, pour le rendre plus performant, parmi les meilleurs du monde en termes d’efficience.

Dr  Jean-Pierre Binon
Président du Conseil National Professionnel cardiovasculaire

SOMMAIRE


2020


2019


2017


2016


2015