En 1993, Bernard Kouchner crée les Unions Régionales de Médecins Libéraux (URML). Ce sont des assemblées élues par leurs pairs afin d’améliorer le dialogue entre les médecins libéraux et les institutions. Constituées de deux collèges, spécialistes et généralistes, elles avaient pour fonction de « contribuer à l’amélioration de la gestion du système de santé et à la promotion de la qualité des soins » (Loi n°93-8 du 4 janvier 1993).

En 2009, Roselyne Bachelot, avec la loi Hôpital Patient Santé Territoire (HPST) élargit le concept aux autres praticiens de santé libéraux, en créant les Unions Régionales de Professionnels de Santé (URPS).

Ainsi dans chaque région sont mises en place :

• Les URPS médecins, équivalents des URML, contenant désormais 3 collèges.

• Les URPS pharmaciens libéraux, chirurgiens-dentistes, infirmiers et masseurs-kinésithérapeutes. Ces URPS, dont l’effectif est supérieur à 20 000 professionnels, ont des représentants élus.

• Les URPS biologistes, sages-femmes, pédicures-podologues, orthodontistes et orthoptistes, dont l’effectif est inférieur à 20 000, ont leurs représentants désignés par les organisations syndicales.

En 2017, le décret 886 du 9 mai modifie le fonctionnement des URPS :

• Publication d’un rapport annuel d’activité, celui-ci est affiché sur le site de l’ARS.

• Les URPS sont tenues d’élaborer un programme de travail et d’y allouer une part de leur budget annuel.

• Le vote aux prochaines élections URPS aura lieu par voie électronique.